ECTC

Février, le mois de l’ECTC (East Coast Taiko Conference).

Une petite introduction pour ceux qui ne sont pas familier de l’événement. Il s’agit d’un weekend où ateliers et conférences animés par des professionnels de renom permettent de gagner en apprentissage sur le taiko et les différents arts qui l’entourent (danse, flûte, shamisen, etc.).

Cette année, l’événement a été organisé par Taiko Tides, le groupe de l’université de Stony Brook (NY), et avait pour thème « Unicity through diversity ». Un thème particulièrement représentatif de cet événement qui offre l’opportunité à cette belle communauté de se connecter et le prétexte d’adresser des sujets très actuels comme la place de la femme dans le monde professionnel du taiko.

J’ai été une fois encore très émue d’observer les nombreuses façons de percevoir le taiko, que ça soit musical, spirituel ou un moyen pour fédérer une communauté. À la fin, il est un moyen pour chacun d’exprimer son identité et de se connecter aux autres.

À ce sujet, mon coup de coeur de cette année a été « Worldwide Matsuri », une pièce composée pour l’occasion par Shoji Kameda. Il nous a envoyé des vidéos de la pièce quelques jours avant l’événement. La pièce se jouait à 2 sur un même tambour. J’ai rencontré mon binôme lorsque je suis montée sur scène, et ça a été une expérience très surprenante ! En l’espace d’une pièce et un tambour partagé, nous avons échangé une belle énergie. On se soutenait mutuellement pour donner le meilleur de nous et offrir une belle expérience au public.

Mon autre coup de coeur a été pour le concert du samedi soir, où s’enchaînent des groupes universitaires, communautaires et professionnels. J’ai adoré la pièce finale où tous les professionnels venus pour l’occasion ont joué ensemble ainsi que le duo magnifique entre Chieko Kojima et Yuta Kato. Wow, j’avais le souffle coupé face à la beauté de cette scène !

Comme l’année dernière, j’en reviens très inspirée et enrichie, mais avec quelques heures de sommeil à rattraper 😉 !

Hachijo

Il y a maintenant un an et demi que je suis partie en voyage au Japon. Ma motivation première, outre que la nourriture et la culture, était d’aller voir la source d’où proviennent quelques pièces jouées ou adaptées par Arashi Daiko.
Dans ce voyage j’ai visité deux îles: Hachijo Jima et Sado. Deux îles, deux expériences complètement différentes. Je vais laisser Sado à un autre de mes collègues de tambour. 🙂

Hachijo Jima est une petite île volcanique paradisiaque! Elle me fait penser à Hawaï par sa végétation, ses activités océaniques comme la plongée et le surf, puis le côté plutôt relaxe qui se dégage de la communauté. Je m’y suis rendu avec deux membres d’Arashi, Yukari et Manon, pour y apprendre le style propre de l’île.

Ce style, Hachijo, est principalement un tambour joué par deux personnes. L’une fait le rythme de base d’un côté, l’autre, improvise un solo suivant une structure établie pour permettre une belle connexion entre les deux joueurs. L’important est la communication; l’échange que nous avons avec l’autre.

J’ai passé trois jours sur l’île et je peux vous dire qu’après avoir reçu l’enseignement de trois professeurs différents, avoir bu, chanté, danser et jouer du Taiko avec la communauté, m’être levé très tôt les matins pour aller observer l’océan qui se déchaînait sur les roches volcaniques, m’être couché très tard le soir à regarder les étoiles, avoir scruté les fonds marins colorés et avoir croisé le regard d’une tortue de mer et son bébé, je rapporte un petit bout d’île dans mon coeur. Je ne suis pas capable de transmettre ce petit bout d’île quand j’essaie de jouer des solos sur le tambour et rares sont les personnes qui peuvent me faire verser une larme de nostalgie lorsqu’elle joue ce style. Hachijo est un style tellement particulier, le seul fait de le sortir de son île le dénature. Par contre, une chose que je vais retenir et que je peux appliquer est la prise de conscience de mon rythme intérieur, ma voix. Nous sommes tous différents et pouvons tous nous exprimer d’une manière différente avec le tambour japonais. Le style Arashi Daiko est principalement joué en groupe. Il faut de ce fait être similaire, respirer ensemble, ne faire qu’un! le voyage à Hachijo Jima m’a permis de me connecter avec ma propre vibration! Être consciente de celle-ci n’est que bénéfique pour l’ensemble du groupe. C’est de là que la création peut naître, que la joie de frapper les tambours se connecte.

J’aimerais beaucoup retourner à Hachijo Jima et je conseille à tous joueurs de Taiko expérimentés ou non d’y aller! 🙂

Je vous laisse sur un petit vidéo de mon voyage au Japon!
Merci à Arashi Daiko pour le support, à Yuta Kato et Yui Kawamoto de Kasa Art Sphere America qui ont été de super accompagnateurs pendant ces périples!

Marie-Noël Vanasse

Kazekko: an ongoing inspiration

My life as a taiko player began when I was 5 or 6 years old. Every Sunday for one hour, Yukari and Mikio would patiently teach the basics of taiko to Kazekko, the kid’s group. Drills, technique and basic pieces would be the focus of these classes.

Twelve years later, I am still part of these early Sunday morning Kazekko classes, but now as one of the instructors alongside Yukari, Mikio and Marie-Noël. Although I don’t lead the classes, I’m there to assist the other instructors. I correct the kids’ stance, position, form and general technique as best as I can. I also often play the basic rhythms of their pieces.

Because I’m playing in front of the kids, I put pressure on myself to play “perfectly”. Since they often look at me to follow me when playing, if I make a mistake, I can ruin the whole sequence. It’s very good practice for me to stay focused on my own playing when I’m also analyzing how the kids play.

Teaching taiko to the kids really helps to develop my own skills. I have realized that when you teach, it makes you very conscious of your own technique. When I see that something is not right with a kid’s technique, I ask myself: Why is there a problem? How can it be corrected? Do I also have that same problem? Spotting the mistakes isn’t very difficult, but finding a way to correct them is sometimes challenging.

Even if it is sometimes hard for me to get up early on Sunday mornings, I love being there, sharing what I know and seeing the happy faces of the kids. Hopefully, I will inspire some kids to join me one day in Inazuma as a Kazekko “graduate”.

I wish to send my gratitude to Yukari and Mikio for all of their effort throughout the years to make Kazekko possible. Without it, I probably would never have discovered the exciting world of taiko.

Auditionner au sein de la famille / Auditioning within the Arashi family

Donnez votre maximum. Surpassez-vous. Mettez vos tripes sur la table le tambour.
C’est le message qui nous a toujours été véhiculé, à nous, les étudiants, par les membres d’Arashi Daiko. Et pour la première fois cette année, ils ont réellement décidé de le tester en nous mettant à l’épreuve.

L’an dernier, le gros groupe d’étudiants d’Arashi a été scindé pour accomoder ceux qui se démarquaient et pour leur permettre de progresser à leur rythme. Un groupe avancé a été créé. Avec mon reste de bédaine de deuxième grossesse consécutive et mes cernes (une larme?) de nouvelle maman, j’ai regardé mes condisciples les plus proches des sept dernières années graduer et changer de vitesse dans leur apprentissage. Chaque semaine, je les ai observés. J’ai essayé de copier leurs gestes afin de ne pas les laisser atteindre un niveau que je ne pourrais plus rejoindre. J’ai pratiqué, encore et encore, dès que le peu de temps laissé libre par mes deux petits minis me le permettait. Mais je ne frappais pas réellement…

Puis, en août, un courriel. Nous avions deux mois pour nous préparer à une audition pour nous joindre au groupe avancé. Le défi: jouer consécutivement trois pièces de Yatai Bayashi, dix de Miyake en accélérant et Narukami au odaiko, sans pause. Peu confiante en ma condition physique, j’ai décidé de me relever les manches et de m’atteler à cette tâche exigeante. Pratiquer tous les deux jours, sans faute. Réussir à enchainer les pièces de Yatai… difficile d’en faire deux, jusqu’à ce que ce soit possible d’en faire quatre. Absorber les commentaires, tenter de les appliquer, tous à la fois. Quel support nous avons reçu et fourni les uns aux autres durant cette période intense!

Puis, la date fatidique est arrivée. Six étudiants ont décidé de tenter le coup. Seulement deux ont été retenus. Et j’ai réussi! Noah et moi avons eu l’autorisation si convoitée de rejoindre les avancés. Je suis reconnaissante d’avoir reçu des commentaires constructifs qui me permettront de progresser. Je suis ravie de retrouver mes amis et de pouvoir enfin rejouer à leurs côtés, même si je suis triste d’en avoir laissé d’autres derrière. Mais surtout, je ne m’assois pas sur mes lauriers, car je sais que j’ai encore de nombreux défis taiko-esques à relever.

Je vais continuer à donner mon maximum. À me surpasser. Et j’espère avoir l’occasion bientôt de vous montrer ce que j’ai dans le ventre!

Maximum. Overcome yourself. Show some guts.
That is the message I have been hearing from Arashi Daiko members for the past seven years. This year, though, they decided to test us on it, for the first time.

Last year, Arashi Daiko’s student group was split to create an advanced group, in which students who stood out could progress at a faster pace. I had just come back from having my second child in a row, out of shape and tired, sad to see the people with whom I had been playing the most graduate and aim for higher levels. Nevertheless, every week, I watched them, studied with them and tried to copy them. I did not want to let them get away and get so far that I would never be able to catch up. I practiced, again and again, whenever my life with two little ones would allow it. But even so, I could not hit for real…

Then, in August, an email. We had two months to prepare for an audition to join the advanced class. The challenge: play Yatai bayashi three times in a row, followed by ten rounds of speeding up Miyake and Narukami on odaiko. Easy? Surely not. Feasible in my physical condition? Doubtful. Was I up for it? Of course! I practiced every other day, no excuse, until I could somewhat play four rounds of Yatai. I tried to apply all the comments I could receive… and oh! Did I receive a lot. We were so helpful with one another during that frenetic period!

Then, finally, the Day came. Six people tried out. Two succeeded. And I was one of them! Noah and I were allowed a spot on the coveted team!
I am so thankful for all the precious feedback received, and so happy to finally play again with the people I started playing with, even if I am sad to leave others behind. Most of all, I know that it IS possible and that I can never sit upon my laurels, because so many taiko challenges still await.

I will keep on giving my Maximum. Try to overcome myself. And I hope to show you my guts quite soon!

Happy Spring! / Joyeux printemps!

How busy life gets at times! // Le temps passe tellement vite des fois!

If you’ve been following us on instagram, you probably have a sense of what Arashi has been up to these past few months despite our lack of website updates! Winter months are generally training and healing time for us, a chance to work on new things, polish up old pieces. These last few months we’ve had the exciting challenge of trying to introduce hachijo style playing into our taiko vocabulary. // Si vous nous suivez sur instagram, vous avez probablement une idée de ce qu’Arashi a fait durant ces derniers mois malgré notre manque de mises à jour sur le site Web! Les mois d’hiver sont généralement un temps de formation pour nous, une chance de travailler sur de nouvelles choses, peaufiner des vieux morceaux. Ces derniers mois, nous avons eu le défi passionnant d’essayer d’introduire le style Hachijo dans notre vocabulaire de taiko.

View this post on Instagram

Poised and concentrated 🙂 #taikopractice #hachijo

A post shared by Arashi Daiko (@arashi_daiko) on

We had a great time with Yuta Kato back in March learning some of the basics. // Nous avons passé un très bon moment avec Yuta Kato en Mars pour apprendre les bases.

And our wonderful Daniel built us our very own Hachijo stands. // Et notre merveilleux Daniel nous a construit nos propres stands Hachijo.

Thank you Daniel! Definitely a wonderful upgrade from our previous makeshift stands! // Merci Daniel! Certainement une belle mise à jour pour nous!

Our youngest drummers had an exciting mid term concert at the end of March ! We are looking forward to seeing their continued growth on the stage this summer during the annual Matsuri festival! // Nos plus jeunes batteurs avaient un merveilleux concert à la fin de Mars! Nous sommes impatients de voir leur croissance continue sur la scène cet été pendant le festival annuel du Matsuri!

We are also trying to get organized with the wonderful new construction of our taiko shelves on wheels! // Nous essayons également de rester organisés avec la merveilleuse nouvelle construction de nos étagères de taiko sur roues!

Thanks to Michio’s brilliant design, our first prototype is looking good and is fully functional. Hopefully we can build a few more in the near future! // Merci au fabuleux concept de Michio, notre premier prototype est entièrement fonctionnel. Nous espérons en construire d’autres bientôt!

But now that Spring is here, the performance season is about to begin! Please keep an eye on our calendar for upcoming shows. // Mais maintenant que le printemps est là, la saison de spectacles est sur le point de commencer! Gardez un œil sur notre calendrier pour les spectacles à venir.

Looking forward to seeing you! // Au plaisir de vous voir!

Looking back fondly on 2015 // L’année 2015 en retrospective

2015 was a very busy year for Arashi Daiko with visits with friends from near and far, many volunteer activities and a jam packed summer concert schedule that had us traveling as far away as West Hartford, CT and Gaspé, QC! // 2015 a été une année très chargée pour nous avec des visites avec des amis de près et de loin et un calendrier de spectacles d’été remplis qui nous a vus voyager aussi loin que West Hartford, CT et Gaspé, QC!

Memories with Arashi Daiko

Yuta Kato’s visit to Montreal and the Kodo concert (Mystery), March, 2015. Photo credit: Yuta Kato

Hartford-June2015

Performing in West Hartford, CT, June 2015. Photo credit: Yumiko Saito 2015

IMG_2226

At the beach in Sainte-Flavie, QC, August, 2015.

Gaspe-Wa-on-Beach

At the Rocher Percé in Gaspésie, August 2015. Photo credit: Hisako Mori

We also had a busy fall workshop season and ushered in a brand new cohort of taiko students! // Nous avons aussi eu une saison d’atelier d’initiation au taiko très occupé qui a vu la création d’une nouvelle cohorte d’étudiants!

We really had many amazing opportunities to meet incredible people and share energy with all kinds of audiences. We are very grateful for the wonderful moments we were able to spend with you all during 2015 and look forward to creating many more great memories in 2016! //

Nous avons eu vraiment beaucoup de formidables opportunités de rencontrer des gens incroyables et partager l’énergie avec tous les types de publics. Nous sommes très reconnaissants pour les moments merveilleux que nous avons pu passer avec vous tous pendant 2015 et avons hâte de créer beaucoup plus de bons souvenirs en 2016!

 

Happy and safe holidays to you all ! 🙂 // Joyeuses fêtes à vous tous! 🙂

Tiffany!

We had an incredibly fun loving and soulful weekend with Tiffany Tamaribuchi (creator of TaikoBaka) this past weekend. Impromptu gatherings with taiko players are rarely quiet and our time with Tiffany this time around was no exception. // Nous avons passé une fin de semaine incroyable avec Tiffany Tamaribuchi (créateur de TaikoBaka) ce week-end passé. Les rencontres non-planifiés avec les joueurs de taiko sont rarement calme et notre temps avec Tiffany cette fois-ci n’a pas fait exception.

We caught up on life and taiko over leftovers and libations, were treated to the best ever table top solos and shared voices and rhythms through taiko, song and dance. // Nous nous sommes rattrapé sur la vie et le taiko en mangeant et buvant ensemble. On étés témoins aux meilleurs solos de table jamais vu et avons partagés nos voix et rythmes à travers le taiko, chant et la danse.

We were also privileged to benefit from Tiffany’s infinite pool of taiko wisdom. Tiffany has an amazing eye for observation and is able to very clearly express in words the things you are struggling with in Taiko, or the things you might not even realize that you are struggling with in Taiko, and does so in a way that inspires and elevates you to open up to new ways of being and playing – an experience that is worth renewing with on a regular basis. // Nous avons également eu le privilège de bénéficier des nombreux conseils de Tiffany à propos du Taiko. Tiffany a un oeil incroyable pour l’observation et est capable d’exprimer très clairement en mots les choses avec lesquels vous éprouver de la difficulté au Taiko, ou les choses que vous ne savez pas encore avec lesquels vous éprouver de la difficulté au Taiko, et ce, d’une manière qui inspire et vous incite à vous ouvrir à de nouvelles façons d’être et de jouer – une expérience qui vaut la peine de renouveler sur une base régulière.

We finished off Tiffany’s visit with some more food, drink, dance and of course taiko. We wish you a very safe return home Tiffany and look forward to seeing you again soon! Thank you from the bottom of our hearts! // Nous avons clôturé la visite de Tiffany avec plus de nourriture, de boisson, de la danse et bien sûr taiko. Nous souhaitons à Tiffany un bon retour à la maison et espérons la revoir bientôt! Merci du fond du coeur!

Roppo-yaki

I feel like it wouldn’t be much of an exaggeration to say that taiko players love food and if you spend enough time volunteering with Arashi Daiko, you will develop a surprisingly large array of Japanese food making skills! // Je crois que ça ne serait pas une exagération de dire que les joueurs de taiko adorent la nourriture et si vous passez suffisamment de temps à faire du bénévolat avec Arashi Daiko, vous développerez un nombre étonnamment grand de compétences de fabrication de mets japonais!

View this post on Instagram

Manju making! // Fabrication de Manju!

A post shared by Arashi Daiko (@arashi_daiko) on

This past weekend was an example of this as Sandra shared her well tested family recipe for roppo-yaki, or six-sided grilled manju – a delicious anko-filled buttery cookie cube! We made just over 200 of the yummy treats to be sold at next weekend’s JCCCM Fall Bazaar. Come early so you don’t miss out, these are sure to sell quickly! 🙂 // Ce week-end passé était un exemple de ça. Sandra a partagé sa recette familiale bien testée pour les Roppo-yaki, ou manju grillée à six faces – un délicieux biscuit au beurre en forme de cube rempli d’anko! Nous avons fait un peu plus de 200 de ces délicieuses gâteries qui seront vendues lors du Bazaar d’automne du CCCJM. Arrivez tôt afin de ne pas les manquer! Ils sont sûrs de vendre rapidement! 🙂

Mochitsuki 2015

Every year members of Arashi Daiko and students lend a hand with the annual mochi-tsuki or rice pounding event held at the JCCCM. Mochi (rice cakes) are a traditional Japanese new year’s food item and members and friends of the JCCCM come together and volunteer their time to help make several hundred pounds of the chewy substance, the sale of which helps support the JCCCM. For the past two years, this event has been held earlier in the fall in order to move most of the production outdoors and thus reduce the amount of rice flour in the air. // Chaque année, les membres d’Arashi Daiko et leurs étudiants prêtent main pour l’évènement annuel du mochi-tsuki ou le martèlement de riz tenu au CCCJM. Les mochi (gâteaux de riz) sont un aliment traditionnel japonais consomé à l’occasion du nouvel an et les membres et amis du CCCJM donnent de leur temps pour aider à faire plusieurs centaines de livres de la substance dont la vente aide à soutenir le CCCJM. Pour les deux dernières années, cet événement a eu lieu plus tôt dans l’année, à l’automne, afin de permettre la production d’avoir lieu à l’extérieur et donc de réduire la quantité de farine de riz dans l’air.

This year we had the benefit of a very special guest appearance : Tetsumi Hanaoka, from Kodo, who came to lend a hand in the preparations. Tetsumi-san very generously fed our hearts and soul with his singing, dancing, and good cheer during our many hours of mochi making labour! Thank you Tetsumi-san! You made this year’s mochitsuki extra special! // Cette année, nous avons eu un invité très spécial: Tetsumi Hanaoka, de Kodo, qui est venu prêter main-forte dans les préparations. Tetsumi-san a très généreusement alimenté nos cœurs et âme avec ses chansons, danse, et bonne humeur lors de nos nombreuses heures de travail! Merci Tetsumi-san! Vous avez rendu le mochitsuki de cette année extraordinaire! 

Our good old faithful mochi cutting machine sadly broke down this year so a majority of this year’s production was all hand rolled. The resulting mochi were far less uniform in size, but were nonetheless made with lots of love! // Notre bonne vieille machine qui découpe les mochi est malheureusement tombé en panne, donc la majorité de la production de cette année était entièrement roulé à la main. Les mochi résultant étaient beaucoup moins uniforme en taille, mais ont néanmoins été faites avec beaucoup d’amour!

 

Mochi is often consumed in a soup called ozoni on New Year’s day and is thought to bring good luck and fortune for the year to come. Each family and region has their own variation, but here is a quick recipe to get you started if you’re curious. Enjoy! // Les mochi sont souvent consommés dans une soupe appelée ozoni le jour du Nouvel An et la tradition veut que la consommation du mochi apporte bonne chance et fortune pour l’année à venir. Chaque famille et région ont leur propre variation, mais voici une recette rapide pour vous donner une idée de la chose. Bon appétit!

Kaguyahime

Arashi Daiko had the wonderful pleasure of watching Les Grands Ballets’ 2015 debut of Kaguyahime. We were incredibly excited to have the opportunity to see the return of this beautiful contemporary production of dance and taiko. // Arashi Daiko a eu le merveilleux plaisir de voir la première de Kaguyahime de la saison 2015 des Grands Ballets. Nous étions très heureux d’avoir l’occasion de voir le retour de cette belle production contemporaine de danse et de taiko.

The dancing and production were superbe with drumming from our favorite taiko ensemble, kodo. One of the taiko pieces that was played, Gezan Bayashi, is full of nostalgia for some of us as it brings back fond memories of our wonderful time spent meeting Kodo apprentices on the island of Sado. // La danse et la production ont été superbe avec  du taiko joué par notre ensemble favori de taiko, Kodo. Une des pièces de taiko qui a été joué, Gezan Bayashi, est pleine de nostalgie pour certains d’entre nous puisqu’il nous rappelle des souvenirs de notre merveilleux temps passé sur l’île de Sado pour rencontrer des apprentis de Kodo.

If you get a chance to see this majestic production and are a fan of taiko drumming, be sure to check out the orchestra pit to get a peak at the dummers and musicians behind the scenes. // Si vous avez la chance de voir cette production majestueuse et êtes amateur de taiko, assurez-vous de visiter la la fosse d’orchestre pour voir les musiciens et les magnifiques taiko.

Until next time! // À la prochaine!

Kaguyahime is playing until October 30th at Salle Wildrid-Pelletier, Place des arts // Kaguyahime joue jusqu’au 30 Octobre à la salle Wildrid-Pelletier, Place des Arts