ECTC

Février, le mois de l’ECTC (East Coast Taiko Conference).

Une petite introduction pour ceux qui ne sont pas familier de l’événement. Il s’agit d’un weekend où ateliers et conférences animés par des professionnels de renom permettent de gagner en apprentissage sur le taiko et les différents arts qui l’entourent (danse, flûte, shamisen, etc.).

Cette année, l’événement a été organisé par Taiko Tides, le groupe de l’université de Stony Brook (NY), et avait pour thème « Unicity through diversity ». Un thème particulièrement représentatif de cet événement qui offre l’opportunité à cette belle communauté de se connecter et le prétexte d’adresser des sujets très actuels comme la place de la femme dans le monde professionnel du taiko.

J’ai été une fois encore très émue d’observer les nombreuses façons de percevoir le taiko, que ça soit musical, spirituel ou un moyen pour fédérer une communauté. À la fin, il est un moyen pour chacun d’exprimer son identité et de se connecter aux autres.

À ce sujet, mon coup de coeur de cette année a été « Worldwide Matsuri », une pièce composée pour l’occasion par Shoji Kameda. Il nous a envoyé des vidéos de la pièce quelques jours avant l’événement. La pièce se jouait à 2 sur un même tambour. J’ai rencontré mon binôme lorsque je suis montée sur scène, et ça a été une expérience très surprenante ! En l’espace d’une pièce et un tambour partagé, nous avons échangé une belle énergie. On se soutenait mutuellement pour donner le meilleur de nous et offrir une belle expérience au public.

Mon autre coup de coeur a été pour le concert du samedi soir, où s’enchaînent des groupes universitaires, communautaires et professionnels. J’ai adoré la pièce finale où tous les professionnels venus pour l’occasion ont joué ensemble ainsi que le duo magnifique entre Chieko Kojima et Yuta Kato. Wow, j’avais le souffle coupé face à la beauté de cette scène !

Comme l’année dernière, j’en reviens très inspirée et enrichie, mais avec quelques heures de sommeil à rattraper 😉 !